Un animal blessé : que faire ?

apus-apus-1534474_1920

L’arrivée des beaux jours rime incontestablement avec l’éveil de la nature. En cette période, les accidents, impliquant la faune sauvage, liés à des risques de collision, de chute du nid, ou notamment de déshydratation – en période estivale- sont particulièrement accrus. Voici quelques conseils simples à appliquer afin de porter rapidement secours à un animal blessé : 

  1. Aborder l’animal dans le calme, sans faire de mouvements brusques, et éviter de parler au maximum (les animaux ont peur de la voix humaine). Si l’animal est en situation de danger immédiat ou en état d’urgence (un animal est en état d’urgence lorsqu’il ne peut se déplacer), contacter le centre de sauvegarde pour faune sauvage ou, à défaut, le vétérinaire le plus proche.

 

  1. Avant de ramasser l’animal, analyser ses moyens de défense et anticiper le mode de contention le plus adapté afin d’éviter un risque de blessure. Pour les rapaces, se méfier des serres. Concernant les hérons et tout autre oiseau à bec en forme de poignard, il convient d’être particulièrement vigilant avec le bec. Chez les mammifères, la gueule et les pattes sont les principales défenses.  
fuchs-3430373.jpg
Dû au risque accru de transmission de divers agents pathogènes (échinocoques, virus de la rage…), il est vivement déconseillé de transporter un renard blessé : pour lui venir en aide, contactez les agents de l’OFB ou les pompiers.

 

  1. Déplacer l’animal en vous protégeant, si possible, les mains de gants. Couvrir l’animal à l’aide d’un linge ou d’un tissu pour bloquer ses pattes et/ou ses ailes. 

 

  1. Installer l’animal, de préférence, dans un carton tapissé d’un linge pour éviter les balancements sur le trajet. Il est important de transporter l’animal dans un espace au maximum réduit afin d’éviter qu’il ne se blesse en cas de panique. Ne pas nourrir l’animal ou l’abreuver sans les recommandations d’un spécialiste.

 

  1. Le conduire au plus vite dans un centre de sauvegarde pour faune sauvage ou, à défaut, chez un vétérinaire qui apportera les soins adaptés. Éviter les secousses, le bruit (musique, autoradio etc…) et maintenir une température ambiante ni trop chaude, ni trop froide.

 

bird-1040944_1920.jpg
Un oisillon tombé du nid ? Avant d’entreprendre son transport, il est conseillé de prévenir au préalable le centre de sauvegarde ou le vétérinaire le plus proche, mais également l’Office Français de la Biodiversité ou la DDT pour une espèce protégée. 

 

Attention

Bien qu’il soit tentant de maintenir un animal sauvage blessé en captivité dans l’optique de le domestiquer, réfléchissez-y à deux fois : en plus d’être un acte répréhensible par la loi, vous prenez le risque d’aggraver la santé de l’animal, et/ou de le maintenir dans des conditions totalement inadaptées à son bien-être.

De plus, ne déplacez jamais un gros mammifère (sanglier, cerf, chevreuil, renard…) à l’intérieur d’une voiture (en cas de panique, ce dernier pourrait facilement vous blesser et provoquer un accident) et, en raison des risques sanitaires élevés, les carnivores (renard, fouine, hermine…). Faites appel aux agents de l’Office Français de la Biodiversité [anciennement Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS)] – et/ou aux pompiers- et indiquez-leur la localisation de l’animal. Afin de vous prémunir de toute accusation de braconnage en cas de contrôle, il est recommandé de contacter le centre de sauvegarde pour faune sauvage ou le vétérinaire avant le déplacement de l’animal.

Pour les espèces protégées, il est vivement conseillé de prévenir au préalable la Direction Départementale des Territoires (DDT) de son département ou le service départemental de l’Office Français de la Biodiversité (OFB). Pour tout secours relatif aux chauves-souris, la Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV au sein des DDPP) doit obligatoirement être contactée au préalable.

 


Pour en savoir plus :

Savoir reconnaître la faune sauvage – Survival magazine

Quelques numéros utiles :

OFBOffice Français de la Biodiversité – 01.44.15.17.17

UFCSUnion Française des Centres de Sauvegarde de la faune sauvage – 03.86.97.86.62

LPO Ligue pour la Protection des Oiseaux – 05.46.82.12.34

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s