Non, l’hérisson d’Europe ne disparaîtra pas d’ici 2025…

hérisson

À peine 6 ans… C’est le nombre d’années qu’il resterait avant d’assister à la disparition complète du hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) selon une pétition en ligne. Une information qui a de quoi faire froid dans le dos, mais qui est… totalement fausse. Christian Arthur, président de la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM) nous apporte des éléments de réponse.


 

Discret et timide, le hérisson est un animal sauvage apprécié de tous. Longtemps considéré comme nuisible en France, il bénéficie, depuis plusieurs années, du statut d’animal protégé – par la loi de protection de la nature (1976) et l’arrêté de 1981, remis à jour en 2007- une aubaine pour ce petit mammifère qui doit faire face à de nombreuses menaces. Chaque année, on estime qu’environ 1,8 million de hérissons sont tués sur les réseaux routiers (un chiffre cependant à relativiser dû au manque d’études précises sur l’ensemble du territoire hexagonal). L’empoisonnement par les produits chimiques serait la deuxième cause importante de sa mortalité : l’élargissement des zones de production et le déversement de pesticides continuent de faire des ravages à grande échelle sur l’ensemble de la petite faune. Autre menace, les maladies et les prédateurs naturels tels que le renard, le blaireau ou encore le grand-duc.

 

L’espèce est actuellement classée en préoccupation mineure dans la liste rouge des mammifères de France par l’UICN, l’office national de la chasse et de la faune sauvage et par la société française pour l’étude et la protection des mammifères. Cependant, une pétition visant à soutenir ce petit échidné fait le buzz sur internet en 2017 : selon l’association anglaise à l’origine de sa circulation, le hérisson d’Europe serait voué à disparaître d’ici 2025. Une information totalement fausse d’après notre source Christian Arthur “ le but visé par cette pétition est en fait de pouvoir obtenir un statut spécial pour le hérisson […] et cela pour permettre à tout un chacun, avec un peu de formation, de pouvoir en héberger et les soigner. Ce qui est illégal, ce qui n’apportera rien et ce qui détourne l’attention des vrais problèmes rencontrés par cette espèce : l’absence de passages routiers aménagés, la disparition des haies, la disparition des prairies, l’usage des pesticides…

shutterstock_1057318880

 

Bien que plusieurs menaces pèsent sur le maintien des populations de hérisson, son statut n’est pour l’heure pas menacé : “même si l’opinion générale est celle d’une raréfaction de l’espèce, aucune donnée formelle ne permet de certifier ce constat et d’évaluer la réelle tendance des populations […] Mais cela ne signifie pas qu’il ne faille pas s’en préoccuper, et que l’on ne peut rien faire”.

En effet, il a été constaté une diminution importante au niveau des populations de hérissons d’Europe, mais pas de quoi le faire disparaître. En France, on estime que le hérisson occupe encore actuellement 90% du territoire. Selon les critères de l’UICN, il doit être constaté une diminution supérieure à 60% pour qu’une espèce soit classée en danger critique, or les populations ont diminué de 20 à 30% ces dix dernières années d’après les dernières données. L’Angleterre, quant à elle, observe un cas légèrement similaire avec un taux de diminution qui atteint presque 70% en zone rural, mais qui, cependant, augmente d’environ 45% en milieu urbain. Dans les deux cas, et même pour l’ensemble de l’Europe, la survie de ce petit mammifère n’est, pour l’heure, pas directement menacée.

 

Quelques gestes pour aider les hérissons :

  • Bannir tout usage de pesticides, d’anti-limace ou d’insecticides dans votre jardin.
  • Abandonner les pièges pour rongeurs.
  • Laisser quelques amas broussailleux de feuilles afin de lui offrir des refuges et installer des abreuvoirs au sol.
  • Être vigilant en brûlant vos amas de bois ou de déchets dans le jardin : des hérissons peuvent y avoir élu domicile.
  • Sécurisez vos points d’eau. Disposez des cailloux ou des rambardes dans vos fontaines, lacs ou petites mares de jardin afin d’éviter les noyades.
  • Disposez des petits refuges pour hérissons dans votre jardin.
  • Plantez des haies et des fleurs sauvages dans votre jardin.
  • Ne pas les alimenter, en particulier avec des croquettes et/ou du lait : cette alimentation est non adaptée.
  • Ne pas manipuler de jeunes hérissons : vous les marquerez de votre odeur, incitant leur mère à les abandonner.
  • Ne vous improvisez pas vétérinaire : transportez directement l’animal blessé dans un centre de soins pour faune sauvage au plus vite. Un hérisson peut vous transmettre des parasites ou des zoonoses, l’idéal est donc de les manipuler avec des gants, de ne pas les maintenir à votre domicile ou tenter de les apprivoiser.

 


Pour en savoir plus :

Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères.

*Merci à Christian Arthur, Président de la société française pour la préservation des animaux sauvages. (SFEPM)

Liste rouge des mammifères de France métropolitaine par l’UICN.

Soutenir Le Sanctuaire des hérissons, structure qui recueille et soigne les hérissons.

 

Par Leslie Anna D.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s