Non, les serpents ne dansent pas

jaipur-2321358_1920
Un charmeur de serpents à Jaipur, en Inde ©Pixabay

 

Qui n’a jamais été tenté d’assister à un spectacle de charmeur de serpents lors d’un voyage et de prendre un selfie avec un serpent autour du cou ? Ces attrape-touristes, bien qui semblent inoffensifs à première vue, sont au contraire une source de mauvais traitements pour les serpents sauvages.

Mettant en scène, dans la majorité des cas, des cobras pour leur posture et leur coiffe impressionnante, les serpents sont capturés à l’état sauvage avant de subir une amputation de leurs crochets venimeux. Cette opération, faite dans des conditions d’hygiène déplorables, est souvent à l’origine de la mort de l’animal qui peut développer une infection.

Par la suite, ils seront maintenus dans des conditions insalubres, nourris au lait, leur créant des carences et les condamnant à une mort précoce. Des serpents sauvages sont donc régulièrement prélevés dans la nature afin de remplacer les individus qui ne survivent pas à ces mauvais traitements.

 

snake-charming-193966_1920
©Pixabay

Comment expliquer ces mouvements ondulatoires ?

Les serpents, privés d’oreille externe, ne perçoivent pas les sons. Ils sont considérés comme sourds. Cependant, ils possèdent une oreille interne qui leur permet de percevoir les vibrations. Bien que la communauté scientifique les pense capable de percevoir les vibrations émises par la musique jouée à très basse fréquence, cela n’explique pas leurs mouvements ondulatoires que l’on associe à des pas de danse.

Lorsque le charmeur commence sa mélodie, il tape du pied, en rythme avec sa musique. Les vibrations émises à travers le sol par ce geste vont alerter le serpent d’un danger imminent et donc l’inciter à prendre une position de défense. Un serpent ne se dresse jamais de façon droite et immobile ; il maintient son équilibre en vacillant légèrement. Se préparant à attaquer, le serpent va suivre instinctivement les mouvements de flûte du charmeur.

Pour prévenir une éventuelle attaque, les charmeurs maintiennent donc une certaine distance de sécurité. Une fois le spectacle terminé, le charmeur s’éloigne doucement afin d’apaiser le reptile qui va reprendre sa position initiale.

Jouées à répétition pour attirer la foule, ces attractions, et les nombreuses manipulations qui en résultent, sont donc une immense source de stress pour les reptiles.


 

Par Laslia D.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s