Apprenons à nos enfants à ne plus cueillir les fleurs sauvages

shutterstock_219405277

L’autre jour, lors de ma promenade habituelle, je suis tombée sur une scène qui m’a hanté pendant plusieurs jours. À l’endroit où se trouvait, quelques jours plus tôt, un magnifique champ coloré de fleurs sauvages, 3 enfants, tenant chacun un gros bouquet à la main, étaient littéralement en train de piller les dernières fleurs restantes. Les parents, quant à eux, discutaient tranquillement à quelques mètres sans se préoccuper de ce carnage en cours. Partagée entre tristesse et indignation vis-à-vis de l’indifférence des géniteurs, je me suis promise, un jour, d’expliquer très tôt à mon enfant l’importance de préserver et respecter la nature dans son intégralité.

Oui, un bouquet de fleurs sauvages c’est joli et ça fait plaisir…

Mais le sacrifice de centaines de fleurs qui vont périr d’ici quelques jours au fond d’une poubelle vaut-il 10 secondes de joie ? Bien entendu, je ne mets nullement en cause ces enfants qui sont loin de pouvoir juger des conséquences de leur acte. Cependant, il est de notre devoir de les éduquer dès maintenant sur ces petits gestes du quotidien que nous avons méprisé par le passé : recycler, réutiliser des contenants, économiser les ressources, réduire notre consommation, préserver l’habitat des espèces sauvages…

La disponibilité et la diversité des fleurs sauvages au printemps assurent aux insectes une source sûre de pollen et de nectar. En arrachant ces fleurs, c’est des colonies d’abeilles et d’insectes que nous privons de nourriture, sans quoi, elles doivent parcourir de plus longues distances pour trouver ce dont elles ont besoin pour constituer leur réserve. Une étude menée sur l’espèce Hoplitis adunca a montré qu’un allongement de la distance aux plantes nourricières de 150 m réduisait de 25 % le nombre de cellules de couvain (oeufs, larves et nymphes) nourries par l’abeille. La causalité est simple : moins de couvains nourries, moins d’abeilles en devenir. Moins d’abeilles, moins de fleurs pollinisées… Et ainsi de suite.

 

shutterstock_623971070

 

De manière générale, une recherche menée en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas nous alertait déjà en 2006 sur la disparition mondiale des variétés de fleurs sauvages qui dépendent uniquement du vent, de l’eau et des insectes pollinisateurs pour se reproduire. L’un sans l’autre, les deux sont voués à disparaître, nous entraînant avec eux dans leur chute. En cueillant ces fleurs, nous perturbons l’écosystème dans lequel elle évoluent : nous les empêchons de se reproduire en additionnant cela aux nombreuses autres menaces qui pèsent déjà sur elles (réchauffement climatique, pollution, urbanisation…). Résultat ? De nombreuses espèces de fleurs sauvages sont menacées de disparition en France et au Canada, les cueillir vous expose d’ailleurs à de fortes amendes.

Les abeilles disparaissent à une vitesse inquiétante.

Si nous voulons faire un geste pour les sauver, réduisons notre impact et sensibilisons le plus tôt possible les nouvelles générations. Même si cela paraît tentant de rapporter à la maison une magnifique orchidée sauvage, réfléchissez-y à deux fois : prendre une simple photo et la partager sur les réseaux sociaux sera largement suffisant dorénavant.

 

Laslia D.

 

Sources et documentations supplémentaires :

Consulter la liste rouge des espèces de fleurs menacées en France.

Consulter la liste des espèces de fleurs menacées au Québec.

Abeilles sauvages et pollinisation – Institut de recherche de l’agriculture biologique

Les plantes sauvages disparaissent – Le Monde

Causes et effets du déclin mondial des pollinisateurs – Fédération canadienne de la faune

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s